Thessalonique, fraîche et rebelle

Dernière mise à jour : 14 mars 2021

7 jours à la découverte d'une ville revigorante et surprenante…



 


Quartiers branchés et vivants…

Si vous voulez prendre le pouls laid back, underground et branché de la ville, nous ne saurions que trop vous conseiller de flâner dans les quartiers suivants…


Ladadika


Ce quartier qui a été un centre de production d'huile d'olive (il en reste de magnifiques bâtiments industriels en brique), un des plus grands marché de la ville puis un haut lieu de la nuit Thessalonicienne… est maintenant un concentré de restaurants et bars, avec de bonnes adresses cachées derrière les places touristiques (cf. Thessalonique, la gourmande), des ruelles charmantes et de beaux bâtiments et cafés 1900.



Très graphique, il a son charme, particulier. Et nous on aime.

















Rue Agiou Mina et Katouni


Rendez-vous des Thessaloniciens pour un café ou un verre entre amis, mais aussi des touristes - qui ici ne se déplacent pas trop en horde. Les terrasses de café et de restaurants y sont animées et paradoxalement calmes (et on y trouve pléthore de bonnes adresses pour déjeuner ou dîner - cf. notre post Thessalonique, la gourmande).


La végétation déborde des verrières et terrasses. On y prend son temps. On y revient. Souvent. Le farniente à la grecque…







Dans les rues adjacentes, la mue de la ville est visible, avec des travaux partout et des façades rénovées qui côtoient de fragiles vestiges d'immeubles… Splendeurs et décadences.















On a envie de revenir dans 5 à 10 ans pour voir le résultat de cette rénovation, car les immeubles anciens sont nombreux et le potentiel énorme, et on a un peu peur en même temps que le charme de la ville se dissipe, tellement ce mélange est agréable aujourd'hui et traduit une histoire.




Rue Vasileos Irakleiou

et place Fragkini


Un petit havre de paix entre les grandes artères animées et commerçantes du centre.







Rue Kapodistriou et Papadopoulou (des noms dignes de nos souvenirs tintinesques)


Une ambiance un peu kitsch, mais rigolote, faite de statues perchées sur les toits, comme un cortège de santons, de vélos - enseignes, de terrasses, de boutiques de fleurs.






Les docks


Centre d'art (avec 3 musées) et lieu idéal pour traîner et papoter en terrasse, loin du brouhaha et du tohubohu des voitures, le quartier du port est un de nos coups de cœur (plus de détail dans Thessalonique, multiculturelle).


Un centre ville hétéroclite et sympathique...

Si le centre de la ville basse est parfois moins charmant que tous les quartiers précédemment cités, qui sont incontestablement nos coups de cœur, il dit cette ville avec ces faux airs de Côte d'azur, ces grandes avenues orthogonales, ces immeubles art déco, des petites pépites comme le monastère Saint Théodore , pause de fraîcheur et de quiétude dans la canicule agitée de notre 2ème jour (cf. post Thessalonique, multiculturelle), l'authenticité de ses marchés entre souks et galeries couvertes où l'on peut manger ou boire un verre, le long bord de mer bordé de petits restaurants et d'une foultitude de bars, avec en point de mire la Tour Blanche, et les petites églises qui ponctuent la ville, chaque quartier, chaque placette, de leur tuile terre de Sienne.


Le marché Modiano et les perspectives de la rue Vasileos Irakleiou












Des églises… encore des églises…


Les façades au style byzantino - art déco…







Un signe que les grecs savent prendre le temps de vivre, les petites terrasses improvisées en face des boutiques, pour la pause café :)




Vieille ville au charme fou…

Ana Poli, la vieille ville ou ville haute est un labyrinthe de ruelles bordées de maisons bigarrées, avec quelques trésors cachés comme Eptapyrgion (une citadelle classée au patrimoine de l'UNESCO, que nous n'avons pu admirer que de l'extérieur, pour cause d'horaires dont le secret est dans un coffre dont la clef est au fond d'un puit, mais le quartier juste en-dessous valait le détour à lui tout seul), le Monastère Vlatadon, it's oh so quiet, avec de splendides vues sur Thessalonique et, enfin, des petites places ombragées où l'on peut siroter une bière ou un espresso fredo.


La ville basse et son agitation est bien loin, le temps d'un après-midi, ensoleillé, toujours, et dépaysant, encore…














































On trouve tout à Thessalonique… … et encore davantage…

Comme des petites boutiques sympa


Enfin, au moins une : Dio (qui signifie 2 en grec), une boutique de créateurs avec plein de jolis objets : bijoux, sacs à main, etc. que vous trouverez rue Katouni… et sans doute d'autres, en cherchant bien… nous vous passons le flambeau :).


La réponse à LA question "Où se baigner ?"


Et pourtant nous avions cherché avant de partir de Paris… après avoir réalisé que c'était un peu fou de quitter Paris et sa canicule pour passer 7 jours en ville, en Grèce, au mois d'août :) :) :).


La réponse se trouvait tout simplement sur le présentoir de notre hôtel, à côté de la carte de la ville, et - nous sommes trop sympa - nous vous la donnons ici : 4 compagnies maritimes desservent les deux plages de Peraia et Agias Triados, en 50 minutes au départ du port de Thessalonique, avec également un arrêt à la tour blanche, à raison d'environ 10 bateaux par jour, quand la météo et la mer le permettent.


Pour nous cela n'a pas été le cas, le vent était trop fort, et la ville nous a finalement absorbées : ce n'était pas si fou comme pari :).


Pour finir, quelques clefs de compréhension pour la vie à la grecque ou à la Thessalonicienne…

Voilà quelques trucs et astuces que nous avons appris de ce voyage en Grèce du nord et qu'il nous paraît intéressant de partager :)


Ne cherchez pas à anticiper


Demander un taxi la veille pour le lendemain, y compris pour un trajet matinal ou pour le réserver pour plusieurs heures, prévenir en arrivant dans un hôtel que vous avez deux réservation au même nom car vous partez puis revenez, voilà des idées bien saugrenues, à laquelle la réponse sera invariablement la même : demain… plutôt demain… la Grèce est indéniablement méditerranéenne et le rapport au temps y est différent de celui de nos âmes pressées et panificatrices… Nous prendrons assez facilement le pouls…


Assumez un léger stress aux toilettes


… car ils ne ferment pas à clef :)


Pas de verrou, pas de clef dans la porte… à chacun de trouver sa parade : les éviter (c'est un pli à prendre :)), mettre un pied contre la porte, croire très fort au fait que si vous les avez trouvé ouvert c'est que chacun les laisse ouvert en sortant et que donc, quand ils sont fermés , personne n'y entre… rechercher ceux avec une clef sur la 1ère porte : celle du sas du lavabo, ou ceux plus modernes avec verrou…


Ne pas chercher à comprendre


Les toilettes qui ne ferment pas

Les taxis qui bizarrement veulent faire le moins de km possible


C'est aussi cela le voyage :) s'immerger dans une autre logique, un autre mood, un autre rythme :), une autre culture…


Enjoy Thessaloniki

BETTY F.

27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout